04 mars 2007

Essai

 

" [...] Puisque des hommes crèvent sous les ponts et ce monde s'en fout, puisqu'on est que des pions, contents d'être à genoux, puisque je sais qu'un jour nous gagnerons à devenir fous... "

A quand le jour de la lumineuse évidence, quand la conscience humaine, telle l'oiseau fuyant d'une aile abîmée la promesse des gorgées de plomb,  s'élèvera, presque palpable dans l'air échauffé, au dessus des étendues abandonnées et derrière les portes closes?
"Le sens que l'esprit a rêvé de donner au monde" semble se dissiper un peu plus chaque jour, comme un rêve encombrant que l'on chasse au réveil, d'une solide gifle mentale, parce que trop extérieur à notre réalité ordinaire. Cela nous disperserait, croit-on.
L'humanité abrutie, aujourd'hui humiliée par elle-même et à ses propres yeux, se perd dans l'artifice de ses codes. Les civilisations, nourries par la perversité de leurs systèmes, dégénèrent en éructant des flots insanes et nauséabonds d'aberration assumée.
Sommes-nous capables de ressusciter la pensée vraie, la raison d'être originelle de l'Homme? Sommes-nous capables d'animer au coeur même de nos sociétés les notions de paix, de respect, de partage ? Vivre dans la lumière, non plus survivre grâce à quelques flammes solitaires consumant leur maigre substance dans le noir.
Le temps anihilera bien vite le sens de l'échec cuisant d'une espèce comme la notre. La marche de l'Esprit est longue, la vérité s'offre à qui sait l'attendre.

+

Cf. "Le dilemne" dans la rubrique Poésie

Posté par lindarequiem à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Essai

Nouveau commentaire