01 avril 2009

L'étoile

Rêver un impossible rêve. Porter le chagrin des départs. Brûler d'une possible fièvre. Partir où personne ne part. Aimer jusqu'à la déchirure, aimer, même trop, même mal. Tenter, sans force et sans armure, d'atteindre l'inaccessible étoile. Telle est ma quête, suivre l'étoile, peu m'importent mes chances, peu m'importe le temps, ou ma désespérance. Et puis lutter toujours, sans questions ni repos, se damner pour l'or d'un mot d'amour. Je ne sais si je serai ce héros, mais mon coeur serait tranquille, et les villes... [Lire la suite]
Posté par lindarequiem à 03:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2007

Opium

"Le temps peut passer et les convulsions sociales du monde ravager les pensées des hommes, Je suis sauf de toute pensée qui trempe dans les phénomènes. Qu'on me laisse à mes nuages éteints, à mon immortelle impuissance, à mes déraisonnables espoirs. [...]" Antonin Artaud Extrait de Fragments d'un Journal d'Enfer Je me délivre de ce conditionnement de mes organes si mal ajustés avec mon moi, et la vie n'est plus pour moi un hasard absurde... [Lire la suite]
Posté par lindarequiem à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2007

Le lyrisme absolu

Je voudrais exploser, couler, me décomposer, que ma destruction soit mon oeuvre, ma création, mon inspiration; m'accomplir dans l'anéantissement, m'élever, dans un élan démentiel, au-delà des confins, et que ma mort soit mon triomphe. Je voudrais me fondre dans le monde et que le monde se fonde en moi, que nous accouchions, dans notre délire, d'un rêve apocalyptique, étrange comme une vision de la fin et magnifique tel un grand crépuscule. Que naissent, du tissu de notre rêve, des splendeurs énigmatiques et des ombres... [Lire la suite]
Posté par lindarequiem à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2007

Essai

  " [...] Puisque des hommes crèvent sous les ponts et ce monde s'en fout, puisqu'on est que des pions, contents d'être à genoux, puisque je sais qu'un jour nous gagnerons à devenir fous... "A quand le jour de la lumineuse évidence, quand la conscience humaine, telle l'oiseau fuyant d'une aile abîmée la promesse des gorgées de plomb,  s'élèvera, presque palpable dans l'air échauffé, au dessus des étendues abandonnées et derrière les portes closes? "Le sens que l'esprit a rêvé de donner au monde" semble... [Lire la suite]
Posté par lindarequiem à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2007

Immortelle émotion

+ + A Agnès(s) + "Je regardais la dame; seule dans la piscine, immergée jusqu'à la taille, elle fixait le jeune maître nageur [...]. Ecoutant ses ordres, elle prit appui sur le rebord de la piscine pour inspirer et expirer à fond. Elle le fit avec sérieux, avec zèle [...]. Je la regardais, fasciné. Son comique poignant me captivait, mais quelqu'un m'adressa la parole et détourna mon attention. Peu après, Quand je voulu me remettre à l'observer, la leçon était finie. Elle... [Lire la suite]
Posté par lindarequiem à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]